Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

16. Tourbillon sentimental au cours de Body Poump

Escrivaillon 1

Jon Ross m’avait rejoint alors que je regardais cet idiot de Brad et son bellâtre de comparse.

« Tu les connais ? »

Je me rendis compte que je les fixais de façon un peu appuyée, le visage fermé. En un quart de seconde, j’avais repris un grand sourire et me tournai vers mon ami du sport.

« Non non, je trouve juste qu’il se la pète un peu avec ses vêtements de compression qu’il a dû payer une fortune, juste pour mettre ses petits muscles en avant… » (un hétéro dirait ça, ce serait de l’aigreur, mais quand tu es gay, c’est du sarcasme et c’est drôle)(il faut quand même faire un eyeroll et dodeliner très légèrement de la tête pour montrer que le but est d’être amusant)(être gay, c’est vachement plus technique que tu ne crois).

Jon Ross se mit à rire avant d’ajouter :

« Il faut quand même avouer qu’il est bien gaulé… Son frère est pas mal non plus… »

« Hein, son frère ? Tu es sûr ? »

« Oui, il l’a présenté à la prof la semaine dernière au début du cours. Ah c’est vrai, tu étais pas là ! ».

Moi qui craignais que Brad soit en couple… Mais la musique venait de commencer et il était temps de faire des soulevés de terre en quatre temps pour commencer l’échauffement. La salle était chaude et moite (CMB), mais dans ma tête le ciel était bleu, les oiseaux chantaient, et j’étais Julie Andrews courant dans les herbes hautes !

J’avais été tellement sot à m’énerver ainsi à la vue du premier quidam parlant à Brad, alors que sûrement, il attendait, comme moi, le jour où nous serions enfin réunis. Pendant que je rêvais éveillé, la vénéneuse Victoria nous encourageait à faire des squats toujours plus bas (« SORTEZ DE VOTRE ZONE DE CONFORT ! J’EN VEUX HUIT DE PLUS ! ON N’ABANDONNE PAS ! »). Elle aussi regardait Brad, j’en étais sûr.

« Escri, tu es sûr que ça va ? » me demanda Jon Ross, qui suivait le cours à côté de moi.
« Oui pourquoi ? »
« Tu as un sourire bizarre… »
« Ah euh… non… rien… »

Le cours se termina enfin et il était temps de ranger le matériel.

C’est alors que dans la cohue, quelqu’un cogna son step dans mon step. La suite fut comme dans un rêve… Je tournai la tête et me retrouvai face à Brad. Ses lèvres, en slow motion, s’animèrent dans un « pardon » qu’il délivra en un souffle léger qui m’enivra. sans réfléchir, je lui répondis en un sourire « ce n’est rien » qui voulait dire « demande moi en mariage sur une plage des Baléares, au mois d’août, achetons une maison en Normandie (avec tes sous), et adoptons un de ces bouledogues français tout moche (mais visiblement contractuel avec le fait d’être gay et en couple). Oh que nous serons heureux à regarder l’Eurovision, tous les ans, dans le public, au gré des pays organisateurs… »

Il posa son step et celui de son frère et s’en retourna. Je fis de même, le coeur heureux d’avoir vécu ce moment de parfaite communion.

 

  1. C’est fou, le CMB ça fonctionne à tous les coups…

    Et pour le bouledogue, c’est un non, évidemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.