Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

31. Un soutien surprenant

Escrivaillon 4
Escrivaillon
Follow me

Escrivaillon

Parisien, romantique mais célibataire, fêtard mais casanier, alcoolique mais avec modération, intelligent mais pas tant que ça...
Escrivaillon
Follow me

Les derniers articles par Escrivaillon (tout voir)

Finalement, nous nous entendions bien avec Jon Ross, et il n’y avait pas de tension sexuelle. Je m’étais détendu et je faisais plus facilement des blagues de cul avec lui, et à force de nous voir régulièrement nous commençions à parler de tout et de rien.

Il se dit choqué de mon ambiance de travail. Lui, à sa parfumerie, il n’avait aucun problème, au contraire, il se marrait bien avec ses collègues. Il me conseillait de postuler ailleurs, de trouver mieux. Là où mes peurs réussissaient à me faire penser « reste et fais avec », il me disait de ne pas voir le verre à moitié vide.

Je lui racontai l’entretien d’embauche avec Casey.
– Et bien c’est super, pourquoi tu fais comme si c’était une mauvaise nouvelle ?
– Bon, déjà, je travaillerai tous les week ends. Ensuite, il m’a dit qu’il faisait les plannings avec une semaine d’avance, donc je ne pourrai rien prévoir. Ensuite, c’est un tout petit hôtel, mais on est toujours deux à la réception, et souvent avec lui, chef de réception, donc impossible de regarder des séries sur Netflix, ou de lézarder quand il n’y a pas beaucoup de travail. Travailler à deux à un seul bureau, ça peut vite devenir relou.
– Si tu essayes pas, tu sauras pas. Si ça se trouve les collègues seront sympa, et tu te marreras avec lui aussi.
J’hésitai avant de lui expliquer l’autre raison de mon dilemme.
– C’est que, je le trouve un peu mignon, et je pense que c’est pas une bonne idée de bosser de façon aussi proche. Et il a l’air d’être marié, donc c’est un nid à emmerdes.
Il me regarda en levant les yeux au ciel.
– Tu peux être sacrément stupide parfois…
Je protestai
– Ecoute, reprit-il, je vais pas te mentir, je crois que tu es une des personnes les plus intelligentes que je fréquente. T’es cultivé, tu t’intéresses à des trucs que je trouve chiants… Je ne comprends pas pourquoi tu restes dans un boulot aussi basique. Tu devrais, je sais pas moi… tu m’as dit que t’aimais les musées et l’art… Tu devrais bosser dans une galerie, avec des gens qui s’intéressent aux mêmes trucs que toi. Ou bien tu devrais bosser dans la communication ou dans l’évènementiel… Là, franchement, regarder des séries toute la nuit, c’est bien mais c’est vraiment ce que tu veux faire ?

J’avais baissé la tête. Je n’avais jamais été à l’aise avec les compliments, mais là, c’était trop. Je voulais disparaître *pouf* plus là !
– Non, mais je ne sais pas ce que je veux faire, je.. Et si je ne réussis pas ?
Allongé au sol, les jambes repliées, je repris mes mouvements d’abdos pour mettre fin à la conversation. Jon Ross me contempla quelques instants puis s’allongea à côté de moi et fit de même.
Il me laissa ensuite parler d’autre chose et nous continuâmes de nous entraîner tranquillement.

 

C’est une fois la séance finie, quand nous fûmes douchés, rhabillés et arrivés dehors devant la salle qu’il reprit cette conversation que j’avais fuie.
–  Franchement, tu fais ce que tu veux mais tu peux pas dire « non » juste parce que tu as peur d’une probabilité.

Plus tard dans l’après midi, je recevais un message de Casey.
– Bonjour, ici Casey Mitchum de l’hôtel Sunset Quartier Latin. Suite à notre entretien, je voudrais vous confirmer que j’aimerais travailler avec vous, si vous êtes toujours intéressé. Rappelez moi, je serai à l’hôtel jusqu’à 19 heures.

Que faire ? Malgré les encouragements de JR, je me sentais comme Bella hésitant entre Edward et Jacob.
Je décidai de jouer le tout pour le tout. S’il me voulait, j’allais essayer de faire monter les enchères. Afin de ne pas mal m’exprimer, je choisissai de répondre par mail :

Malheureusement, je vais devoir décliner votre offre. J’aime beaucoup votre hôtel, le quartier et les prestations que vous proposez à votre clientèle, mais je sors d’un entretien où l’on me propose un peu plus d’avantages.
C’est avec un peu de déception  que je vous envoie cette réponse, donc, mais je vous souhaite une excellente continuation avec la personne que vous choisirez pour votre équipe.
Me demanderait-il quels avantages afin de me faire une contre proposition ?
Sa réponse se fit rapide et définitive :

Merci pour votre retour. Très bien, je comprend tout à fait. C’est effectivement dommage.
Je vous souhaite néanmoins une très bonne continuation dans vos projets futurs.

Questions subsidiaires :

– Est-ce que j’aurais dû être plus direct pour faire monter les enchères ?
– Edward ou Jacob ?
– Bosser tous les week ends, on est d’accord, c’est un dealbreaker ?

  1. 1 – C’est le genre de demande qui se fait en face à face avec le ton juste pour faire comprendre qu’on attend quelque chose.
    2 – Plutôt le lesbianisme.
    3 – Oui. Totalement.

    • Escrivaillon Escrivaillon

      1. va falloir que je m’entraîne…
      2. je le savais que tu étais ce genre de fille….

  2. 1 – « ce qui ferait vraiment la différence pour moi ce serait… et … » là tu lui as dit que c’était plié alors y avait pas de place pour enchérir
    2 – Anna Kendrick
    3 – Oui. Sauf si tu vends des brunchs. Ou si tu es prêtre.

    • Escrivaillon Escrivaillon

      1. pour moi la nuance était « je sors d’un entretien », donc par essence, c’était encore possible de m’arracher à la concurrence.
      2. validé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.