Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

38. Débauche à Amsterdam : Premier jour

Escrivaillon 2
Escrivaillon
Follow me

Escrivaillon

Parisien, romantique mais célibataire, fêtard mais casanier, alcoolique mais avec modération, intelligent mais pas tant que ça...
Escrivaillon
Follow me

Les derniers articles par Escrivaillon (tout voir)

Lors de notre verre précédent, je m’étais brièvement posé la question « Jon Ross est il sexy ? ». Mais comme il est toujours plus facile de repousser les questions difficiles à plus tard, le mercredi 25 au soir, j’avais sauté dans un bus de nuit en direction d’Amsterdam, parce que là-bas, faut du coeur et faut du courage, et aussi le 27 avril, c’est King’s Day !

Je suis donc arrivé le 26 au matin, chez mon ex, Mitch.

Mitch, je l’avais rencontré quand j’étais arrivé à Amsterdam, avec mes valises il y a quelques années. Cela n’avait pas fonctionné, à son grand regret, mais nous étions depuis restés bons amis. Si bien que l’an dernier, quand j’étais revenu précipitemment de mon backpacking trip en Asie, il m’avait généreusement hébergé gratuitement pendant un peu plus de quatre mois.
Quand j’étais arrivé aux derniers jours de décembre, ne portant que des affaires d’été, j’avais néanmoins découvert que son appartement était digne des écuries d’Augias, car Mitch, en bon gros fumeur de bédos, était incapable de ranger plus de 15 minutes une fois par trimestre. J’avais donc récuré tout l’appartement, réorganisé l’espace, et rangé. Il faut vous imaginer des casseroles pleines d’huile de friture pas lavées depuis un an mais empilées les unes sur les autres, une bassine de vaisselle « à nettoyer plus tard » sous la douche, et piles de vêtements sales ou non ici et là, au granc bonheur de ses deux chats. Le temps de tout re-laver et nettoyer, cela m’avait pris plusieurs semaines. Il était même content d’enfin pouvoir manger ma vraie cuisine à la place de ses alloresto et sandwiches de supermarché.

Avant mon arrivée, la semaine dernière, il m’avait envoyé des photos. L’appartement était propre ! Je n’en étais pas revenu.
En fait, Mitch avait pris son appartement en photo sous les meilleurs angles pour cacher les coins à nouveau ravagés.

J’arrivai à six heures du matin chez lui, ayant dormi à peine trois heures dans le bus, alors qu’il n’avait pas dormi. Il m’attendait et avait peur de s’endormir ! Quel ange !
Sitôt le pas de sa porte passée, il me colla une clope dans une main et une bière dans l’autre. Je ne pus refuser. Après tout, j’étais là pour faire la fête dès le soir même.
Comme toujours, depuis plusieurs années que je le connais, Comedy Central passait sur sa télé, montrant encore et toujours les mêmes épisodes de South Park, Family Guy, et American Dad. Mais j’étais content de pouvoir prendre de ses nouvelles plus en détail que par whatsapp, et il me posa moultes questions sur ma vie et les amis dont je lui avais parlé au fur et à mesure des années. Nous bûmes une bière, puis deux, puis le jour se leva, et il sortit un assiette remplie de speed, en prit un rail, et m’en proposa.
Les enfants, la drogue, c’est mal. Alors évidemment, j’ai refusé !
A 13 heures, nous étions toujours en train de parler quand il se souvint qu’il devait aller dormir, avant de travailler quelques heures plus tard. Mais comme je n’avais bien sûr pas pris de speed, je n’avais toujours pas envie de dormir alors je suis allé rejoindre mon ami Zane pour continuer de prendre des bières. Mitch devait travailler ce soir-là, donc de toute façon il était prévu que je passe la soirée avec Zane et ses amis de l’équipe de rugby gay d’Amsterdam.
Comme je n’avais bien sûr pas pris de speed, je ne mangeai rien de la journée, et à 17 heures nous partîmes avec Zane, ses amis, et 8 packs de bières, en direction de Westerkerk et de la maison d’Anne Frank, où avait été montée une scène passant de la musique pop.
De là les souvenirs commencent à être un peu confus. Lorsque la musique se fut arrêtée à 22 heures, nous partîmes en direction du bar à cul de Mitch pour continuer à boire, puis dans un bar tout aussi peu recommandable du Quartier Rouge. Zane et ses amis étaient à présent torses-nus et m’obligèrent à retirer mon tee-shirt… En temps normal, j’eus été mal à l’aise, mais j’étais rond comme un ballon alors pfiooouuu…

C’est à ce moment là qu’un monsieur vint me parler.
Moi, innocent, je pensai qu’il s’agissait d’un ami des rugbymen (mais je n’en suis toujours pas sûr). Marcus, la quarantaine fringante, brun au cheveux mi-longs, Allemand, mais résidant à Amsterdam depuis 18 ans (mon âge), vint me taper la causette et me compter fleurette. J’étais beau, j’étais ceci, j’étais cela… Deux verres plus tard, je finis par lui dir que j’avais déjà quelqu’un dans ma vie, mais qu’il ne le savait pas et qu’il s’appelait Brad. Bon, Marcus avait quand même réussi à me faire mettre ma langue dans sa bouche plusieurs fois, mais je souligne encore une fois que j’avais bu. Beaucoup. Et il avait essayé de m’entraîner dans les backrooms, mais j’avais dit non (jamais avant le mariage, les enfants !).
Il prit quand même mon numéro de téléphone, malgré mes « j’habite en France, ça ne sert à rien ! », et finalement, à 6 heures du matin, Zane vint me retrouver en me disant que nous partions, ENFIN, de ce lieu de débauche.

Trente minutes plus tard, je me couchai enfin après plus de 24 heures sans dormir, sans manger, et le ventre uniquement rempli de bières.

Et King’s Day, c’était le lendemain…

Oh Boy…

 

Questions subsidaires :

  • pas d’idées… Je vous laisse libres…
  • PS : sorry pour la semaine sans articles…
  1. En lisant cet article, une de nos discussions tardives sur la drogue me revient en mémoire. Évidemment que tu n’as pas pris de speed !

    • Escrivaillon Escrivaillon

      Je suis l’innocence même, it is known.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.