Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

41. Retour à la salle

Escrivaillon 0
Escrivaillon
Follow me

Escrivaillon

Parisien, romantique mais célibataire, fêtard mais casanier, alcoolique mais avec modération, intelligent mais pas tant que ça...
Escrivaillon
Follow me

Les derniers articles par Escrivaillon (tout voir)

Cela faisait deux semaines que je n’avais pas été au Body Poump, et en me regardant dans le miroir avant de partir de chez moi, je me trouvai tous les défauts du monde. Je ne me tenais plus si droit, et les muscles que j’avais durement obtenus avaient déjà rapetissé à cause de mon voyage si peu sain à Amsterdam. Pire, j’avais fait un peu de gras autour de la taille. Une partie de moi n’osait pas retourner à la salle pour y recroiser Brad. Mais j’avais aussi très envie de retrouver la forme, alors je préparai mon sac vite fait, et ignorant la voix qui me poussait à rester dans mon canapé à regarder Westworld, je m’élançai vers mon destin !

Ah, il était toujours aussi beau. Au bout du couloir menant à la salle de cours collectifs, le visage penché sur son téléphone, Brad ne m’avait pas vu. Il avait même l’air d’avoir un peu bronzé, ce qui donnait envie de plonger la tête dans son cou pour y sentir le sable et la mer, avant de l’embrasser en se roulant dans les vagues, dans un remake passionné de From Here to Eternity. Alors oui, nous nous étions parlé un petit peu avant mes vacances, mais je ne savais pas si nous étions suffisamment « potes », et si je devais l’interrompre pour le saluer. Je ne voulais pas passer pour un mec relou, alors je pris mon téléphone et m’approchai doucement, en faisant semblant d’être absorbé par des messages. Heureusement, il releva la tête et je n’eus pas à feindre plus longtemps.
– Hey, bonjour Escri ! Je me demandais où tu étais passé.
Je fus presque sous le choc. Il avait parlé d’une voix douce et peu forte, comme quelqu’un de timide, mais je ne m’étais pas attendu à une réaction aussi familière, surtout venant de lui. Je lui expliquai que j’étais parti en vacances, et que revenir à un rythme sain allait être difficile. Il se montra encourageant.
– C’est normal de profiter de ses vacances, mais tu es de retour au sport, donc c’est bon signe !
– Et toi, tu as l’air d’avoir pris des couleurs, tentai-je, tu es parti un peu ?
– Non, j’ai profité un peu des jours fériés, mais je suis resté à Paris. Je n’ai pas de vacances avant cet été.
Content d’avoir brisé la glace, j’essayais d’en savoir un peu plus sur lui au cours des quelques minutes qui restaient avant que le cours ne commence. Il avait prévu d’aller une semaine à New York pour retrouver des amis (il avait vécu là-bas un an), et il avait deux autres semaines de prévu mais il ne savait pas encore où il allait partir.
Il y avait quelque chose de mignon à le voir lever les yeux dès qu’il n’était pas sûr de quelque chose. En fait, je découvris en lui parlant qu’il avait quelque chose d’incroyablement honnête tellement il était plein d’expressions faciales qui trahissaient ses émotions. Quand il hésitait, il pinçait un peu ses lèvres le temps de réfléchir à ce qu’il allait répondre, et quand il écoutait, il inclinait un tout petit peu sa tête comme s’il voulait littéralement prêter son oreille. Cette sorte d’innocence expressive lui donnait un charme fou, et je me demandais si j’avais déjà fait attention à ce genre de détails chez d’autres personnes ou si, pour la première fois de ma vie, je faisais attention à quelqu’un dans ses moindres détails.
Cette conversation me troubla à plusieurs niveaux…
J’avais envie de poser plein de questions, mais j’avais trop peur qu’il me demande « et toi ? », et de faire mauvaise impression. Alors j’enchaînai sur les différentes destinations possibles, et je parlai de mes pays préférés. C’était pas mal, ça. Ça montrait que j’étais ouvert d’esprit, cultivé et well-travelled.

Enfin, le cours précédent se termina et nous partîmes chercher le matériel en nous positionnant côte à côte.
Transpirant d’avoir fait le cours de Body Attack juste avant, Jon Ross vint à ma rencontre et me fit une bise humide.
– Alors ? c’était chouette tes vacances? Tu as pas maigri toi ? Mais si !! Ohlala, fais attention ! Enfin au moins tu as bonne mine ! Bon, je te laisse, je retourne devant, ça va commencer d’une minute à l’autre.
J’avais à peine le temps de répondre qu’il commençait déjà sa phrase suivante, tandis qu’autour de nous les gens préparaient leurs barres pour la séance qui allait commencer.

A ma gauche, Brad n’avait rien dit pendant que Jon Ross me parlait et semblait ne pas y avoir prêté attention.

Quand Veronica lança la musique, Brad tourna la tête, me fit un sourire et me glissa « Allez, c’est parti ».
Cela me fit plaisir, mais ce n’était pas non plus Byzance.
Par contre, ce qui m’anéantit, ce fut son petit clin d’œil qu’il me fit en prononçant ces mots…

Ce clin d’oeil…
Auquel je n’arrête pas de penser depuis…

 

Questions subsidiaires :

  • Il y a quoi comme meilleure série que Westworld en ce moment ? A part peut-être The Handmaid’s Tale ?
  • Brad : ami ou conquête en cours ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.