Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

42. Cette vipère de Veronica

Escrivaillon 3
Escrivaillon
Follow me

Escrivaillon

Parisien, romantique mais célibataire, fêtard mais casanier, alcoolique mais avec modération, intelligent mais pas tant que ça...
Escrivaillon
Follow me

Les derniers articles par Escrivaillon (tout voir)

Plusieurs fois, déjà nous avions parlé de Veronica, la prof de sport, avec Jon Ross. Cette fois encore, elle était revenue sur le tapis, pendant notre entraînement. Je la trouvais hautaine, faisant plein de simagrées devant les mecs tout en évitant de parler aux meufs, bref, je ne l’aimais pas. JR, avec son côté Bisounours qui veut donner sa chance à tout le monde, m’avait expliqué que je me limitais à la façade et que je ne cherchais pas à la connaître.

Oui, bon, bon, certes, peut-être…
Il n’empêche que dès que je l’entendais parler à l’accueil, ou la fois où elle nous avait rejoint prendre des verres, elle ne parlait que des hommes d’une façon utilitaire. Le statut, l’argent, et les signes extérieurs de richesse semblaient plus importants que la personnalité. Et puis aussi je la trouvais un brin vulgaire parce qu’elle n’avait pas de filtre quand elle parlait de cul.
Ce dernier point avait fait rire JR.
– Non mais tu peux pas t’attendre à ce que les gens soient coincés comme toi quand il s’agit de cul !
– Mais ! Mais je suis pas coincé du tout !
J’avais protesté avec véhémence face à cet affront qui sortait de nulle part. JR me toisait maintenant, goguenard, un sourcil relevé, me mettant au défi.
– Come on gurl, alors prouve-moi que tu n’es pas coincé et raconte moi une de tes anecdotes croustillantes. Vas-y !
– Et bien une fois je me suis tapé mon patron dans son bureau !
– Non, mais je veux les détails.
– Et bien… Il était 15 heures, et le bureau était au premier étage, et il était en train de remplir des papiers quand je suis allé le voir et puis voilà…
JR se marrait « tu es coincé, tu es coincé, tu peux même pas parler de cul ! »
Mais il m’énervait à force…. Je n’allais pas me laisser faire, ah ça non !
– Alors puisque tu veux tout savoir, il s’est relevé, m’a serré contre lui en m’embrassant, et puis… Enfin.. Je… Aaaaah, tu m’énerves, ok, j’avoue je n’aime pas raconter les détails quand il s’agit de cul. Et alors ? C’est pas si grave que ça, si ?
Il me regarda avec un petit air paternaliste qui me donnait envie de lui répondre « gnagnagna », comme tout adulte responsable se faisant prendre de haut.
– Mais Escri, le prends pas mal !! Ce que je voulais te dire, c’est que tu peux pas lui reprocher de parler sans tabou de sa sexualité alors que tu es dans l’excès inverse !
Diantre. C’est qu’il n’avait peut-être pas tellement tort… Peut-être qu’en effet j’étais un peu trop dans le jugement… Alors je repris mon sérieux et mon calme et lui répondis :
– Gnagnagna… Tu m’énerves…
Ce qui le fit rire, ce qui me fit rire, et j’avouai qu’il avait peut-être raison.
Mais en vrai, j’étais pas coincé… Juste réservé, t’as vu…

Malheureusement, cette séance avec JR prit une autre tournure.

Je finis de prendre ma douche et de me changer avant lui, et je partis l’attendre à côté de l’accueil, avec un café. J’entendais faiblement Laura et Veronica discuter, mais elles étaient cachées, probablement dans la réserve à côté de l’accueil.
Plus qu’une conversation, c’était davantage Veronica qui parlait et Laura qui faisait des petits bruits pour montrer qu’elle suivait.
« […] se prenait… Non mais tu te rends compte ? Cette grosse vache… Une bonne lipo ça lui ferait pas de mal… Moi, les obèses je peux pas les voir… »

J’étais consterné…
Non mais quelle conne…
Lorsque JR me rejoignit, je bouillais d’avoir surpris de telles paroles et j’avais juste envie de partir.
– Ca va pas ?
– Non, j’ai reçu un texto qui m’a énervé, rien de grave…
Quand nous passâmes devant l’accueil, Laura et Veronica nous virent et nous saluèrent. Je fis un signe de la tête et ne m’arrêtai pas.
JR me talonna et annonça aux deux jeunes femmes « désolé, on est un peu pressé today ! »

Une fois dehors, il m’attrapa par l’épaule
– Hey, qu’est-ce qui se passe ? Je t’ai jamais vu comme ça !
– Il se trouve que j’ai eu confirmation que Veronica était une garce, et je m’en veux parce que je n’ai rien dit, rien interrompu… Non pas que ça aurait changé quoi que soit…
– Elle a fait quoi exactement pour te faire réagir comme ça ?
– Non mais rien, laisse, c’est ta pote… C’est pas important. Juste, j’ai plus du tout envie de lui adresser la parole.
Je m’aperçus que j’étais hyper négatif, et ce n’était pas une énergie que j’aimais particulièrement. Je comptai jusqu’à trois dans ma tête pour faire le vide rapidement, et j’adressai un léger sourire à JR.
– Ecoute, lui dis-je, je suis désolé de réagir comme ça. N’en parlons plus !
Cette fois, c’est JR qui fronçait les sourcils.
– Ok ça marche, on se voit demain à 10h de toute façon ?
J’acquiesçai.

En arrivant à la maison, je ne pus m’empêcher de réfléchir à la scène. Avais-je bien entendu ? Ou bien est-ce que je faisais erreur ?

 

Questions subsidiaires :

  • Veronica, connasse ou bénéfice du doute ?
  • Ne pas aimer donner des détails sur ses relations sexuelles : C’est normal ou coincé ?
  1. – Quel est le contexte de leur discussion ?
    – C’est pudique et respectable.

    • Escrivaillon Escrivaillon

      – aucun contexte. Je n’ai pas entendu le début de la discussion
      – merci

  2. Je propose que la prochaine fois tu fasses gentiment remarquer à Véronica qu’elle a un début de commencement de poignées d’amour.Ou qu’elle a pris du cul et pas en muscle. Pour tester sa réaction.
    Sinon, c’est très bien de ne pas trop raconter comment tu mets des zizi dans ta bouche des fois (ou inversement) : moins on en sait plus on fantasme. :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.