Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

43. Textos, entre rapprochement et distance

Escrivaillon 3
Escrivaillon
Follow me

Escrivaillon

Parisien, romantique mais célibataire, fêtard mais casanier, alcoolique mais avec modération, intelligent mais pas tant que ça...
Escrivaillon
Follow me

Les derniers articles par Escrivaillon (tout voir)

JR m’avait donc vu énervé sans savoir pourquoi. La raison, c’est que j’avais entendu Veronica, la prof de sport, en train de discuter avec la petite jeune de l’accueil et de critiquer quelqu’un sur des critères physiques (cf le billet d’hier).

Il ne savait pas pourquoi mais visiblement, cela l’avait fait réfléchir, vu le texto que je reçus un peu avant notre rendez-vous pour nous entraîner.

« Ecoute, je sais que je n’étais pas la cause de ton énervement hier, mais j’ai bien réfléchi et je n’aime pas qu’on me mette ainsi à l’écart. Je sais pas si je dois comprendre que je suis trop bête ou trop autre chose pour comprendre. Bref, j’ai un peu la flemme de sortir aujourd’hui ».

Allons bon… JR était adorable, mais parfois il était un peu dramatique.
Et en même temps, je comprenais qu’il puisse trouver cavalier de ma part l’absence d’explications. Je n’aurais peut-être pas aimé une situation inverse (même si je suis assez certain que j’aurais vite pensé à autre chose). Toutefois, son message était clairement un mini-chantage pour avoir des explications. Je savais qu’il aimait bien Veronica, et je ne voulais pas foutre la merde. Et je ne pouvais plus mentir, parce que j’avais laissé échapper que j’étais énervé contre elle… Damn… Je ne savais pas trop comment me sortir de cette situation sans créer de drama.
Et si je n’envoyais pas de réponse assez rapidement, s’installerait sûrement une atmosphère lourde. Alors je me forçai à écrire quelque chose au plus vite, et évitant plusieurs écueils.
« Désolé bonhomme, vraiment, tu sais bien que je t’adore, et je ne te prends pour rien du tout ! J’ai cru entendre un truc que j’ai pas aimé, mais si ça se trouve j’ai mal compris, alors j’ai pas envie de colporter le moindre ragot ! Bisous ! »

Je vais te dire la vérité, je n’aimais pas du tout sa façon de me forcer à expliquer les choses. En discutant, j’aurais sûrement fini par m’expliquer. Mais cette réaction de « puisque tu veux pas me dire, je veux pas te voir » m’ennuya. Je fus un peu occupé les jours suivants, et au final, de mon côté, l’atmosphère un peu lourde s’était installée.

Enfin ce fut le jour du Body Poump. Depuis que Brad m’avait fait ce clin d’œil, j’étais encore plus sous le charme, et j’attendais de le revoir comme les vieux attendent les nouveaux Burger Quiz : avec ferveur, et insistant avec mauvaise foi sur la perfection de l’objet du désir. J’étais en avance et le sourire aux lèvres, impatient de savoir comment notre relation allait se développer cette semaine.
Quand j’arrivai, il était en discussion animée avec quelqu’un d’autre. Celui qu’il avait ramené quelques semaines plus tôt et qu’il avait présenté comme son frère. C’est fou comme j’avais compté sur ces 10 minutes de discussion d’avant-cours. En apercevant Brad occupé et avec son frère, je décidai de ne pas déranger, et je retournai dans l’entrée prendre un café à côté de l’accueil. Comme à son habitude, Laura était charmante et était rivée sur son téléphone, probablement à regarder les stories Instagram.
J’évitai de rentrer dans son champ de vision et m’assis derrière le pilier. Mais pourquoi j’étais donc à ce point déçu ? Je me trouvais trop stupide d’avoir ainsi perdu toute ma bonne humeur. Et pourquoi ? Cela n’avait pas de sens ! Je pouvais bien me foutre de l’autre et de son côté dramatique, j’étais aussi mature que l’héroïne d’une série pour ados. Vas-y, tu as le droit de te moquer.

 

Je ne comprenais pas mon envie de rentrer chez moi. Je fis plusieurs simulations dans ma tête. Si je partais, je le regretterais. Si j’ignorais Brad et son frère pour les laisser tranquilles, je risquerais de passer pour un mec chelou. Il fallait donc que je fasse comme chaque semaine, pour ne pas montrer mon agitation.
Quand soudain, j’eus l’idée de génie ! Il me suffisait d’arriver quelques minutes en retard, je serais obligé de me mettre dans le fond, et je ne passerais pas pour un asocial ! Il fallait juste prier pour que Brad et son frère ne me voient pas planqué ainsi 10 minutes en avance à l’accueil, mais je ne les vis pas.
Lorsque je m’approchai de la salle de cours collectifs, presque tout le monde était rentré, j’étais le dernier. Partout le sol était jonché de steps, de barres et de disques, et les gens allaient là prendre un tapis, là poser leur bouteille d’eau au fond dans un curieux ballet.
Alors que je m’apprêtais à raser les murs pour me mettre discrètement dans un coin, je vis que Brad, tel un suricate, était en position de guet, la tête tournant et retournant, comme cherchant quelq….
Il m’aperçut et me fit de grands signes. C’est moi qu’il attendait et cherchait.
Je… Je fus une fois de plus troublé.
– Ah, te voilà ! Je t’ai préparé ton matériel, mets-toi là ! Et je te présente mon frère !
C’est con, hein, mais alors vraiment très con, mais je sentis une sorte de soulagement et de joie immense. Diantre que j’avais été cruche de vouloir les éviter ! Je saluai le frère, remerciai Brad chaleureusement et il ajouta avec un sourire :
– En fait, ce serait peut-être plus simple d’échanger nos numéros, comme ça je passerai pas pour un idiot si je prépare le matériel et que tu ne viens pas !
Ah ben je peux te dire que j’étais touché en plein cœur, j’peux plus dire un mot, tu m’emmènes ailleurs au delà du bien et du mal….
Je serrai la mâchoire très fort pour ne pas montrer que j’étais en plein orgasme, et répondis casualement « yes, ça marche ».
Sur le podium, Veronica venait de mettre la musique et de prendre « la barre en pronation ! Vous êtes tous prêts ? »
Frère-de-Brad ne m’avait quasiment pas regardé et avait le regard braqué sur la prof.

A la fin du cours, Brad sortit son portable et me demanda mon numéro.
« Je t’envoie le mien par texto. Et donc à la semaine prochaine ! »
Il accompagna ces paroles du salut polonais : l’index et le majeur tendu au niveau de la tempe.

Quelques minutes plus tard, je reçus un texto :
« Voilà mon numéro !
Brad »

 

Questiosn subsidaires :

  • Il a dit « à la semaine prochaine » en me donnant le numéro. Des idées pour le contacter avant ???
  • J’essaie de ne pas me faire de film parce que j’ai trop peur d’être déçu, mais il a l’air un peu interessé, quand même, non ?
  1. Je pense que si je relis mon journal intime de mes 15 ans, je retrouve à peu près tous les éléments narratif de ce billet.
    Tu es bon pour rejoindre l’équipe du script d’ « Angela 15 ans – 15 years later » !

    Il est possible que Brad se serve de ton numéro pour te contacter et essayer de te brancher avec son frère. (ou alors c’est pas son frère et tu vas finir dans un ménage à 3)

    • Escrivaillon Escrivaillon

      Hihihi j’ai gloussé à l’idée du ménage à trois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.