Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

52. Mystère au cours de Body Poump

Escrivaillon 3
Escrivaillon
Follow me

Escrivaillon

Parisien, romantique mais célibataire, fêtard mais casanier, alcoolique mais avec modération, intelligent mais pas tant que ça...
Escrivaillon
Follow me

Les derniers articles par Escrivaillon (tout voir)

Brad Now
Je suis bien rentré. C’était sympa comme soirée !
On se voit lundi j’espère. Bisous et bonne nuit

Le lendemain, allongé sur mon clic-clac, baignant dans l’album Seventh Tree de Goldfrapp, j’avais relu plusieurs fois son texto.
Quand je pense qu’à l’origine il était juste ce gars mignon qui m’avait fait twitter « il ne m’a pas regardé. Probablement parce qu’il a peur de tomber amoureux de moi ». Ayant ri de cette interprétation idiote que je faisais, j’avais décidé de me remettre à écrire, sur un ton que je voulais humoristique. Et où étions-nous plusieurs mois plus tard ? Nous avions passé une soirée agréable à discuter et à apprendre à nous connaître. Et tout comme j’avais espéré face à son attitude un peu timide, il semblait encore plus intéressant à présent que je le découvrais. Son regard doux et fin était la porte vers un monde intérieur visiblement complexe et mystérieux, dont j’avais envie de percer les mystères. Il n’était plus le jeune homme qui se contentait d’être sexy aux cours du lundi. Il avait désormais une voix, une personnalité, une histoire.
C’en était fini des rêveries de midinettes imaginant une demande en mariage pendant le cours de Body Poump (ce sera plus beau dans un musée, ou dans un château). Et je n’étais plus effrayé et angoissé comme avant la première rencontre en tête à tête. Je ne saurais trop l’expliquer, mais c’est comme si, pour une fois, mon cerveau était juste dans le moment présent et la réalité, et pas en train de projeter de multiples scénarii excessifs. Au final, ce présent était assez simple. Nous nous entendions visiblement bien. Je n’étais pas passé pour quelqu’un de bizarre, et il semblait quelqu’un de fantastique, même si cela devait se limiter à de l’amitié.

Il y avait cette petite complication de mon ex qui était une vague connaissance, mais ça ne semblait pas être un véritable problème.

Je passai le weekend perdu dans une langueur méditative. Tout allait bien. Mais combien de temps cela durerait ?

La pluie s’abattit d’un seul coup alors que j’étais sur le chemin du sport. Pourtant, j’étais persuadé de pouvoir faire les quinze minutes de marche ! J’arrivai à grandes enjambées sous le porche de l’entrée de la salle.
– Ah putain quelle saucée ! commentai-je à voix basse en passant la main dans mes cheveux pour retirer le maximum d’eau.
Derrière moi, j’entendis une voix :
– Il faudra que tu me dises quand tombe ton anniversaire, je t’offrirai un parapluie !
Avec mes lunettes couvertes de gouttes je n’avais pas fait attention à celui qui se tenait dans le coin, son pébroc bleu à la main.
– Oh tu as le temps, répondis-je c’est fin octobre. Bonjour Brad ! Tu vas bien ?
Dans un costume gris léger, et une chemise blanche ouverte, il était élégant mais sans paraître pingouin. En lui faisant la bise je sentis ce parfum léger que je lui avais déjà identifié la fois précédente. Une odeur verte et sensiblement terreuse. Genre la balade en forêt un dimanche matin dans les mousses humides¹. Mais pourquoi donc j’étais à ce point sensible à ces détails ? C’est comme si ces notes légères me donnaient envie de poser mon visage contre son cou et de m’endormir en le respirant. C’est bête, hein ?
Pendant que je réfléchissais à tout cela, j’avais essuyé mes lunettes dans mon t-shirt et enfin je pus le voir correctement.

Nous dîmes bonjour à Laura en badgeant pour passer le portique de l’accueil et elle me fit un clin d’oeil en nous voyant arriver ensemble. Je fis un mouvement des yeux pour lui faire comprendre que non, elle se faisait des films.
Mais je vais te l’avouer, je me sentais un peu fier d’être en si bonne compagnie.

Alors que nous attendions devant la salle de cours collectif, JR sortit de la salle où il enchaînait comme à son habitude tous les cours. Il était trempé dans un débardeur échancré qui ne dissimulait pas du tout sa musculature hyper travaillée. Il sembla hésiter quand il nous vit discuter, mais vint me dire bonjour.
– JR, je te présente Brad.
– Oui oui, je le connais, répondit-il d’une voix que je trouvai un poil sèche. etait-ce mon imagination ?
Il se saluèrent, et JR me lança « je vais changer de t-shirt, je reviens ! A tout de suite » alors qu’il partait en petites foulées vers le vestiaire.
– Vous vous connaissez ? demandai-je à Brad.
– Oh, il fait partie des murs, tout le monde le connaît… Mais vous avez l’air de bien vous entendre.
Son affirmation était restée un peu haute, comme s’il attendait un complément d’informations.
– Oh, euh, oui, on est potes. On s’entraîne souvent ensemble, il me donne beaucoup de conseils.
– Ah.
Son ton était un peu étrange. Il changea directement de sujet et me demanda si j’allais à la We Love Green, le festival, j’eus à peine le temps de répondre que les portes s’ouvrirent et dans un ballet muet, tout le monde se précipita à l’intérieur.

A la fin du cours, il partit rapidement, comme à son habitude. Il ne se douchait, ni ne se changeait, il préférait faire ça chez lui.
JR arriva derrière moi au moment ou Brad avait disparu.
– Dis, Escri, on se voit demain matin pour s’entraîner ?
– Je peux pas demain, je bosse ce soir.
– Ah, zut… Parce que j’aimerais te parler d’un truc… Tu m’envoies un texto de quand on se voit ? Je dois retourner au Body Balance.
– Euh, oui, bien sûr ! On fait comme ça…

Sur le chemin de retour je me demandais si je me faisais des films ou s’il y avait un truc bizarre entre les deux…

 

Questions subsidaires :

  • Brad m’offrira-til un parapluie pour mon anniversaire ? Ou son coeur ?
  • L’odeur des gens, vous y êtes sensibles ou pas ?
  • Brad et JR : rivaux ? Ancien couple ? JR pourrait-il être le frère jumeau disparu de Brad qui a tenté de le tuer dans un incendie à Genoah City, mais ça n’a pas marché alors il a subi des opérations de chirurgie esthétique pour se cacher (et devenir noir) et compte le poignarder le jour de notre mariage quand le prêtre dira « si quelqu’un veut s’opposer à cette union qu’il parle maintenant ou se taise à jamais » ?

 

 

¹Klervi, tu peux remplacer ces phrases par « il y avait Brad, et il sentait bon », je sais que tu trouves mes envolées un peu poussives

  1. Scheick_That Scheick_That

    – Je te souhaite qu’il t’offre le parapluie, sinon tu devras attendre octobre pour le cœur.
    – Bof, en dehors de celle de mon copain, je suis hermétique, l’odeur dans le milieu de la santé, ça n’est que très rarement une bonne chose (tabac froid, décomposition de sujet âgé, urine, vilaine escarre)
    – 🤔 Tu as trop regardé d’épisodes du Cœur a ses raisons sur Youtube. Continue, c’est drôle ! Plus sérieusement, c’est assez simple de comprendre ce qui se passe, JR est pas con, il a du le voir venir gros comme une maison. Le pauvre, câlin à lui, je reste le seul team JR, même si c’est la vie.

    • Escrivaillon Escrivaillon

      Ah bon, tu n’aimes pas l’odeur d’un abcès purulent ? Tu es fou !

  2. – Disons qu’un parapluie a une utilité constante.
    – Oui
    – Evil twins, ça me semble assez évident.

    (<3 pour le mot de fin)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.