Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Aujourd’hui, je n’ai pas racheté d’adoucissant.

Escrivaillon 0
Escrivaillon
Follow me

Escrivaillon

Parisien, romantique mais célibataire, fêtard mais casanier, alcoolique mais avec modération, intelligent mais pas tant que ça...
Escrivaillon
Follow me

Les derniers articles par Escrivaillon (tout voir)

Aujourd’hui, je n’ai pas racheté d’adoucissant.

Vous vous en fichez, je le sais bien. Et il m’en reste un peu à la maison. Mais aujourd’hui, en allant au supermarché, j’ai vu les bouteilles dans un bac à promotions. Clairement, la marque arrête ce parfum, et le magasin liquidait son stock…
Je me suis arrêté et j’ai pris une bouteille en main. J’ai regardé l’étiquette : TOUT À 4€ !
J’ai froncé le sourcil. 4€, c’est cher pour une promo… Mais j’allais malgré tout mettre la bouteille dans mon panier.
Et puis je l’ai reposée…
Je me suis dit « A quoi bon ? »

La vérité, c’est que ces dernières années, quand je sentais l’odeur de cet adoucissant, je repartais dans le passé, dans l’appartement boulevard de Grenelle.
Le soleil innonde ma chambre aux murs et placards blancs, et Jo revient de la salle de bain.
« Je comprends pourquoi tu sens toujours bon » me dit-il en pointant l’étendoir à linge. Il a ses yeux qui rient et son sourire qui m’apaise. « Ca fait un moment que je me demande quel est ton secret ! »
Le souvenir se finit là, mais je le fais continuer en revoyant Jo allongé contre moi, sa tête sur mon épaule, et ma main dans ses cheveux.
Cette fois-là, j’avais repensé aux autres personnes qui m’avaient parlé de l’odeur de mes vêtements. AU fur et à mesure des années, cette odeur était devenue un peu mienne, et celle des gens qui avaient partagé mon quotidien.

Aujourd’hui, je me suis juste dit « a quoi bon ».
J’ai décidé de renoncer à ce souvenir de Jo qui me regarde et me parle. J’ai dédidé de renoncer à cette petite fulgurance de bonheur.
Il faut que j’arrête de m’accrocher à ces petits bouts du passé dans lesquels je m’emmure, dans lesquels je m’enfuis.

Mais quand le présent est si terne, et le futur gris aussi, suis-je vraiment coupable de vouloir revivre à l’infini ces instants perdus et révolus, où j’imaginais que je pourrais avoir un futur heureux?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.