Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Si vous avez manqué le début (2ème partie)

Escrivaillon 0
Escrivaillon
Follow me

Escrivaillon

Parisien, romantique mais célibataire, fêtard mais casanier, alcoolique mais avec modération, intelligent mais pas tant que ça...
Escrivaillon
Follow me

Les derniers articles par Escrivaillon (tout voir)

Parallèlement à la vie infernale avec Mitch, des rebondissements inattendus se produisirent du côté d’Amandine…

L’histoire d’Amandine que nous avions commencé à vous raconter, elle et moi sur ces pages, datait en réalité de trois ans plus tôt.
Elle était tombée sous le charme de son collègue, alors qu’à la maison, son mari, à cause de problèmes de dos, ne foutait rien de ses journées, à part à jouer aux cartes Magic the Gathering avec ses potes le soir. Plusieurs mois de relation suivèrent avec ledit collègue, que j’avais tenté de dédramatiser et de soutenir, pour cette femme qui avait fait la boniche plusieurs années en oubliant sa propre vie. Elle eut finalement peur de ses sentiments et mit fin à son aventure, puis se mit dans la tête que finalement, la meilleure solution pour tout le monde, c’était de garder son mariage rangé dans son petit pavillon mitoyen des deux côtés, mais d’écouter ses désirs. Elle allait donc avoir des aventures sans jamais s’attacher. Cela ne marcha pas très très bien, malheureusement pour elle, et elle souffrit plus d’une fois d’hommes pour lesquels son coeur s’élançait, mais qui comprenaient qu’elle ne leur accorderait qu’un week end une fois ou deux par mois, sans jamais envisager davantage.

S’il y a bien quelque chose que je pense, c’est que l’on ne peut pas toujours contrôler son coeur… Alors je tentai tous ces mois de lui prodiguer conseils et réconfort, et parfois remontrances car je trouvais qu’elle se fourvoyait en pensant qu’elle réussirait à ne pas s’attacher.

Malgré tout, elle était satisfaite de l’équilibre qu’elle avait trouvé. D’accord cela l’obligeait à mentir tout le temps à son mari, qui semblait ne se doutait de rien, et cela demandait pas mal d’organisation, mais cette dernière partie l’amusait probablement encore plus qu’elle ne se l’admettait sûrement. Petit week end ici, petit découchage là, couverts par des réunions dans d’autres villes et des soirées entre copines chez qui il fallait mieux dormir plutôt que de reprendre le volant. Je lui avait conseillé plusieurs fois de songer au divorce, afin de réfléchir à son avenir, et de pouvoir se projeter, éventuellement avec quelqu’un d’autre. Mais décidément, cela créerait trop de changements et ne serait pas du tout pratique au niveau des finances et de la garde, au moins, avec sa nouvelle routine, tout fonctionnait très bien.
Que l’on se comprenne bien, je n’ai jamais reproché ses choix à Amandine. J’aurais à ce moment là, juste voulu qu’elle puisse, si elle rencontrait quelqu’un de bien, songer à et créer un futur.

Le vent tourna dans une direction que ni elle ni moi n’avions même envisagée… Son mari s’était accomodé des années à ne rien dire et à profiter de ses soirées cartes chez ses potes sans jamais chercher à passer du temps avec elle, mais aussi rejetant complètement la moindre idée de séparation (alors que leur couple était un vrai désert affectif). Mais du jour au endemain, il lui annonça que c’était assez, il fallait qu’ils se séparent et divorcent, et le plus vite possible.
Il ne fallut pas longtemps à Amandine pour trouver les preuves que son mari avait rencontré une autre femme sur un site de rencontre. Mais cette découverte ne changeait rien au fond du problème. Un divorce signifiait devoir revendre la maison et trouver un autre logement.
Elle se lança avec frénésie dans tous les calculs possibles, le prêt qu’elle pourrait éventuellement obtenir, la valeur de la maison, ses augmentations et primes sur 5 ans, l’argent que pourraient (peut-être) lui donner ses parents en revendant leur maison (chose prévue avant ce revirement). C’est dans un restaurant de râmen qu’elle me refit ses calculs sur un bout de papier, m’expliquant que vraiment, c’était trop triste, il ne lui manquait pas beaucoup pour pouvoir reprendre un prêt immobilier et garder sa maison, cette maison qui assurerait une stabilité nécessaire pour son fils, afin qu’il ne changeât pas d’école et puisse garder ses amis, lui qui avait eu tant de mal à se sociabiliser durant son CP.
Je résume, je résume, aussi, on peut croire en me lisant qu’elle avait prévu le mouvement suivant dans cette partie d’échecs à plusieurs participants. Sur le coup, cependant, rien ne me parut forcé ni empreint de manigances. Je savais bien qu’Amandine, lors d’une situation inconnue, ou d’ordre dérangé, avait tendance à stresser et à tout retourner dans tous les sens. aussi, j’avais bien tenté de lui dire que les gamins, ça s’habitue à beaucoup de changementts, ils sont bien plus flexibles que nous. Et que déménager une fois dans sa jeunesse, ce n’est pas systématiquement un trauma. Qu’il ne fallait pas voir un changement d’école comme la catastrophe qu’elle se faisait dans sa tête… Mais Amandine souhaitait « le meilleur pour mon fils ». C’était là un argument difficile de rejeter, même si je tentai de lui faire comprendre qu’elle voulait garder la maison probablement davantage pour elle que pour lui.
Mais bon, le divorce serait rapide (le mari avait quitté la maison et squattait chez un pote 2 semaines apès avoir annoncé son intention de divorcer), et pour garder la maison, tout devait se jouer dans un mouchoir de poche au niveau temporel, alors je prononçai ces mots avec une fausse désinvolture : « Et si je prenais le crédit immobilier avec toi, ça te permettrait de garder ta maison ? »

Avec le recul, j’aurais mieux fait de me jeter d’une falaise plutôt que de prononcer ces mots. On aurait gagné du temps….
Mais je savais que je ne pourrais pas tenir bien longtemps chez Mitch, et j’avais envie d’aider Amandine dans cette période difficile pour elle…

La suite mardi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.