Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

10 – Rencontre romaine – 3 : Le Projet

Escrivaillon 0
Le Groupe De Laocoon (il s’agit d’une scène inspirée de la guerre de Troie)

La visite guidée des musées du Vatican nous avait pris un peu plus de trois heures, et pourtant, nous avions eu l’impression de courir à travers les salles et les couloirs, l’oreillette permettant tout de même de pouvoir écouter notre guide tout en prenant quelques minutes de plus pour admirer telle ou telle œuvre. Partout je reconnaissais des sculptures ou des fresques vues dans mes livres d’école et reproduites partout ailleurs. Regarde ici, la Diane d’Éphèse couverte de seins, et là, le le groupe de Laocoon, et plus loin, c’est l’École d’Athènes !! J’étais subjugué devant tant de beauté. Enfin nous approchâmes de la fin, lorsque les couloirs se resserrent et que la foule entâssée forme une chenille lente et impatiente, et enfin nous eûmes le temps de nous parler un peu. « C’est beau, hein ? ». « Oh oui, vraiment magnifique… Au fit, je voulais te dire un truc. Ce que m’a dit Giulia m’a beaucoup fait réfléchir. J’ai vraiment l’impression de ne plus rien avoir à faire a Amsterdam, et j’ai la flemme de retourner galérer à Paris. »

Empereur romain ?, une Artemis Chasseresse et l’Ourobolos

« Mais tu n’as pas à galérer, si tu reviens. Tu as suffisamment d’ami.e.s pour te dépanner, et t’aider ! »

« Oui, mais après cette année à vivre pour Amandine, je crois que j’ai juste besoin de partir, de vivre pour moi, de ne pas avoir à transiger avec qui que ce soit… Je veux juste… être moi ? »

Camille comprenait. Comme tous.tes mes ami.e.s, personne n’avait raiment compris que je fasse autant pour Amandine.

« Alors, tu penses aller vivre où du coup ? »

« Et bien… »

La foule compacte avait finalement atteint l’entrée de la Chapelle Sixtine, mais à peine le temps de lever les yeux, des employés criaient aux gens « Move forward, move forward! Avancez, avancez, et suivez le balisage sur la droite ! Pas de photos ! No pictures! Et gardez le silence, cést un lieu de pières ! ». Nous avançions donc, un peu perdus. Allions nous devoir admirer en vitesse ? Non, une fois arrivés dans la partie centrale, il était possible enfin de respirer, et de regarder avec attention les fresques et les vitraux. Malheureusement, à mon avis, la gestion de la foule, bien qu’indispensable, avait un peu cassé la magie du lieu et l’émerveillement que j’espérais ressentir devant tant de beauté. Devant la Création de Michelange, je finis donc d’expliquer mon projet.

« Je crois que je vais partir dès que j’aurai arrêté de bosser. J’ai regardé les prix des billets d’avion. et en fait, si je fais plusieurs étapes ça me revient au même que d’aller en Tasmanie directement. Alors autant en profiter. » Nous avions repris la transhumance vers la sortie. Toujours serrés les uns contre les autres. « Et puis, après l’Australie, peut-être qu’il est temps pour moi de partir à la découvere de mes racines en Amérique du Sud… »

« Mais tu rentrerais quand ? »

 » Je ne sais pas… »

Un silence s’installa. Camille absorbait la nouvelle.

Enfin nous fûmes dehors, et terrassé.e.s par la faim, nous nous assîmes en terrasse d’un petit resto touristique à deux pas de l’entrée des musées. Elle finit par reprendre la parole.

 » En tout cas, tu sais que tu peux toujours venir à la maison quand tu reviendras. » Puis elle ajouta « Si tu reviens. »

vue « artistique » (j’aime le cadrage expérimental, woké ?) de la Piazza Navona

La fin de journée se passa agréablement, visitant un Palazzio à proximité de la Piazza Navona. Mais des tensions commençaient à apparaître à distance dans la gestion du mariage de Linda… Elle avait demandé à trois personnes d’être ses demmoiselles d’honneur. Christiane, néerlandaise et amie de fac, Carmen, australienne rencontrée depuis qu’elle avait décidé de vivre là-bas, et moi. Et Linda nous avit bien prévenu que Carmen était une bridezilla, voulant toujours tout contrôler, mais pendant ce voyage à Rome, lors de nos conversations entre « Demoiselles », nous ne nous doutions pas encore quee cela allait se terminer en une guerre et une animosité qui riquerait d’affecter le mariage…